Language Selection
birdie
Composition

 

"Le meilleur de la soirée se révéla être „from the ashes“, poème symphonique sur le mythe du phénix en huit parties. Avec cette œuvre de 45 minutes, Helena Winkelman a composé un véritable chef d’œuvre et sa création par l’Ensemble Phönix a été ovationnée par le public."

Basler Zeitung, 3. Juli 2006

"… Malgré la profusion périlleuse d’éléments très différents, l’intégration était réussie: la musique de la renaissance jouée par les chalumeaux, les épisodes de rock jouées par les percussions, les notes de piano impressionnistes ou les citations de Mozart sur téléphone portable – pour n’en citer que quelques-uns – se fondaient en un ensemble harmonieux."

Stephan Thomas, Südostschweiz

"… sa première œuvre pour orchestre « Vers l’ouvert » frappait par la balance parfaite de son instrumentation et par sa dramaturgie concise. Des envolées sonores généraient des paysages imposants avec une douce atonalité et menaient les pensées dans une forêt dans laquelle les gouttes de pluie se transforment en lutins et tout semble se fondre dans une atmosphère fantomatique."

Stephan Thomas, Südostschweiz, April 2008

"C’est si l’on peut dire d’une main totalement professionnelle qu’Helena Winkelman a composé « Stasera » pour piano et trombone, une œuvre de la littérature pour duo classique mais avec de nouveaux contenus. Les deux interprètes coordonnent le matériel mélodique et la structure temporelle et organisent ainsi les temps forts de la musique. Quelque part dans la salle plane quelque chose comme un ton dominant latent. Les phrases répétitives du piano et la réminiscence d’une répartition classique des mouvements avec leurs différentes expressions rappellent des sonorités déjà connues. Ainsi, la musique est spontanément ressentie comme « compréhensible » malgré sa véhémence et parfois sa violence explosive. Dans cette composition, le langage de la musique qui se réfère au lyrisme très expressif d’Ungaretti est de la sorte aussi existentialiste, et même archétypal dans sa force d’expression de l’ici et maintenant et en même temps maîtrisé par l’intellect."

Karin Steinebrunner, Badische Zeitung Mai 2009

 

 

Curriculum Vitae

Helena Winkelman – née le 27.2.1974 – vient d’une famille de musiciens: son père était un flûtiste hollandais et italien, sa mère une claveciniste Suisse.

Son attirance pour la musique fut encouragée dès son plus jeune âge. Bien qu’elle ait été lauréate de nombreux concours de violon nationaux et internationaux dans ses jeunes années, c’est à la composition qu’elle se consacre entièrement depuis quelques années.

Son intérêt pour le jazz et la musique de la renaissance l’a amenée au début à expérimenter avec le pluralisme de styles typique du postmodernisme.

De par l’utilisation de techniques de composition inhabituelles, qui changent continuellement et provenant d’époques différentes, c’est une musique très vitale et dans laquelle les abîmes sont cachés derrière humour et ironie qui voit le jour. « Herrgott und Teufel », une œuvre composée en 2001 pour ensemble et deux récitants, basée sur l’anagramme la plus longue de la langue allemande, en est l’exemple le plus ancien. Dans les œuvres plus tardives qui utilisent les changements de style de manière extensive, on trouve par exemple l’opéra de chambre « Extravagancia et Stanica » sur des textes de l’auteur de théâtre et régisseur argentin Rafael Spregelburd (2010).

On retrouve dans ses compositions également des influences de musique populaire Suisse (Fremdländler, Chill(t) horn und Quodli – Beat, 2011) et de musique indienne (Immediation, Song of the Reed). Son intérêt pour la littérature, la psychologie et la philosophie a aussi une grande influence sur son œuvre. Plusieurs de ses compositions sont basées sur des textes de Celan, Dante, Rumi ou sur des mythes (c’est le cas par exemple pour « From the Ashes » pour grand ensemble ou le double concerto pour cor des alpes et trompette « Miorita »).

Récemment, la découverte du spectralisme chez Gerard Grisey, Georg Friedrich Haas et George Benjamin l’a incitée à toujours réinventer les formes et les sons avec lesquels elle travaille.

Helena Winkelman a reçu des commandes de composition de la Harvard Musical Association Boston (2005), Davos Festival (Crédit Suisse, 2001), l’Académie de Musique de Bâle (2003), le Basel Sinfonietta (2007) l’IGNM Basel (2008), l’IMS Prussia Cove/Nicholas Berwin, la Musikfabrik Köln, Pro Musicis Paris, Trio Montin Berne, l’Orchestre de Chambre de Bâle, Münchner Kammerorchester, la pianiste Dana Ciocarlie, le « Zeitkunst »-festival Berlin ainsi que de nombreux artistes de la scène de la musique bâloise.

En récompense de son travail de composition, elle a reçu le prix d’encouragement du KulturRaumSchaffhausen en 2003 et en 2007. Ses œuvres sont interprétées par l’Ensemble Phönix Basel, le Quatuor Arditti, le Faust Quartett, la Camerata Variabile Basel, la Musikfabrik Köln ainsi que par de nombreuses autres formations.

Elle vit depuis 1998 à Bâle où elle travaille comme indépendante. En 2008-2009, elle a passé une année à Londres dans le cadre d’une bourse de la Fondation Landis & Gyr. Pour le semestre d’hiver 2013, elle a reçu une place d’atelier à Berlin décernée par le canton de Schaffhouse.

 

Formation

Helena Winkelman a étudié le violon au conservatoire de Lucerne (Herbert Scherz/Gunars Larsens, diplôme d’enseignement avec distinction), à la haute école de musique de Mannheim (Valery Gradow, formation artistique), à New York (Daniel Philips) et à Bâle (Thomas Furi, diplôme de concert avec distinction).

Lors d’une année d’études à New-York (1997/98), elle s’est mise à composer régulièrement. Les rencontres qu’elle y a faites avec les compositeurs Dr. Philip Lasser et Stanley Wolfe lui ont été très importantes. De retour en Suisse, elle suivi des études de composition à l’Académie de Musique de Bâle avec Roland Moser (2003-2007, clôturées avec un diplôme) et Georg Friedrich Haas (études postgrades, 2007-2008).

D’autres musiciens et compositeurs ont également eu une grande influence sur son développement artistique, notamment le percussionniste et compositeur Pierre Favre avec qui elle a travaillé pendant deux ans à Lucerne, le compositeur György Kurtag dont elle a très souvent participé aux cours de musique de chambre et le violoniste Suisse Hansheinz Schneeberger.

 

 

© 2017 Helena Winkelman, crafted by bitwave